Le blog immobilier de l’agence Immo des Causses
2 Mai

Pourrez-vous faire paraître votre annonce immobilière à Millau à la fin du confinement ?

Coup d’arrêt pour l’immobilier ancien. Rendez-vous d’estimation et visites physiques des biens reportés, production de crédits immobiliers très fortement ralentie, signatures d’actes authentiques repoussées à la fin de l’état d’urgence sanitaire… Après plusieurs années d’euphorie, la paralysie du marché est brutale. Qu’en sera-t-il dans quelques mois ? L’immobilier va-t-il s’effondrer ? Vous avez une annonce immobilière à faire paraître à Millau ? Faisons le point.

La crise sanitaire que nous traversons, impensable il y a encore quelques semaines, a mis un coup de frein brutal à un marché de l’ancien très dynamique depuis 2014, avec des volumes en forte hausse (de 700 000 à plus de 1 000 000 par an) et un prix au m² de +2,8% en moyenne par an (source : Conseil Supérieur du Notariat).

Il est bien entendu difficile de déterminer avec précision quel sera l’état de l’immobilier une fois le confinement passé, tout comme il est impossible de prédire quelles seront les conséquences de la crise du Covid-19 sur le moral des ménages.

Si la crise sanitaire ne s’éternise pas, du moins pas au-delà du mois de juin, il est raisonnable de penser que les fondamentaux de marché des zones urbaines tendues – notamment Paris et l’Ile-de-France – resteront solides et qu’une forte correction des prix dans ces zones demeure peu probable. Il reste pourtant fort à parier que la demande continue très largement à surpasser l’offre dans les zones urbaines tendues, à l’instar de Paris, où le nombre d’acheteurs est supérieur de 26% au nombre de biens à vendre. Cette forte demande devrait permettre aux grandes villes dynamiques de résister à une éventuelle baisse de prix dans les mois à venir, de même que leur plus forte proportion de cadres en CDI et en capacité de télé-travailler.

Enfin, d’après une étude avec OpinionWay, la société de courtage en crédit immobilier et en assurance emprunteur, Artémis courtage, note que depuis le début du confinement, 8% des Français ont ainsi recherché un bien pour en faire leur résidence principale, 7% se sont renseignés sur leur capacité d’emprunt et 5% ont même recherché des informations sur des courtiers en crédit immobilier et assurance emprunteur, signe d’un projet avancé.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée