Le blog immobilier de l’agence Immo des Causses
28 jan

Attention à ne pas avoir froid dans votre maison de Millau !

AdobeStock_141852759

Vous êtes sur le point d’acheter une maison à Millau qui vous plait ? Vous avez tout passé en revue ? Et le chauffage, vous y avez pensé ? En effet, pour ne pas avoir froid dans cette maison en vente à Millau qui vous intéresse, penchez-vous sur le diagnostic de performance énergétique, ou DPE. Ce document fait partie du dossier de diagnostics techniques (DDT). À quoi sert-il ? Le DPE doit être présenté lors de la vente ou de la location de logements. Il vise à informer le nouveau propriétaire et le locataire sur la consommation d’énergie du logement, sur son chauffage, son refroidissement, sa production d’eau chaude sanitaire (ECS). Seul bémol : sa durée de validité est de dix ans. Alors, méfiance quand même…

Si ce DPE n’est pas performant, surtout, prévoyez un budget travaux.  » Notre étude pose un constat alarmant, explique Maël Thomas, Directeur Général de Quelle Energie.fr. Deux Français sur trois déclarent avoir froid chez eux : ce sont autant de logements mal isolés ou dotés d’installations de chauffage non performantes. Pire, l’écrasante majorité (80%) des personnes à revenus très modestes est touchée par ce fléau. Trop de particuliers ignorent encore aujourd’hui quels travaux réaliser et surtout quelles sont les aides de l’État à leur disposition. »
Vous voulez acheter cette maison à Millau malgré une facture de chauffage élevée ? Alors, renseignez-vous sur les aides proposées par l’État. Il en existe beaucoup et elles vous permettront d’améliorer votre confort. Problème : elles sont largement méconnues.

Quelle Energie, qui s’est aussi intéressée aux attentes des Français vis-à-vis des aides de l’État en matière de rénovation énergétique, a démontré que, seuls, 58 % des Français qui ont fait réaliser des travaux ont pu bénéficier d’aides de l’État. Alors, ne faites pas comme les 41 % qui ont payé toute la facture sans aucune aide. Il faut dire que les démarches sont jugées trop complexes par les bénéficiaires (56 %). Ceci est sûrement le frein à la décision des Français de se lancer dans un projet de travaux d’économie d’énergie.

C.V. / Bazikpress © Evgen

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée